Ce qu’il faut savoir sur la vente de médicaments dans une pharmacie en ligne

on septembre 23rd, 2017 by - Commentaires fermés sur Ce qu’il faut savoir sur la vente de médicaments dans une pharmacie en ligne

Grâce à la technologie, tout le monde a libre accès à l’automédication. La vente de médicaments dans les pharmacies en ligne ne cesse de se développer depuis ces 3 dernières années. L’autorisation de l’ARS est nécessaire pour pouvoir accéder au marché dans une région française. Que faut-il savoir avant d’ouvrir une sur internet, que faut-il avoir à part un ordinateur et une bonne connexion?

Comment ouvrir un e-pharmacie en France et quelles sont les conditions?

Il faut tout d’abord adopter la solution clés en main après avoir validé commercialement le choix de l’activité. Le pharmacien peut compter jusqu’à une semaine avant de pouvoir commencer à travailler dans son nouvel espace de vente. Il est préférable de bien présenter le site pour qu’il soit attrayant pour les visiteurs.

La souscription à un contrat Vente A Distance (VAD) est utile. Celle-ci doit être effectuée auprès d’une banque.

Avant de commencer à vendre, il faut demander un agrément auprès de l’ARS. Une autorisation est obligatoire pour pouvoir vendre les médicaments sans ordonnance via le web.

La mise en œuvre du décret relatif à l’e-commercialisation des médicaments

L’ordonnance ministérielle n’est pas toujours respectée vu le nombre croissant de sites.

Certaines pages méritent une attention particulière comme la rubrique « Qui sommes-nous », ordonnée par l’arrêté concernant l’ « Identification administrative de l’officine et du site ».

Il faut veiller à ce que les dispositions proportionnelles au droit de rétraction soient appliquées concernant les conditions générales de l’e-commerce.

Le droit de rétractation est ainsi interdit par l’ordonnance compte tenu des spécificités des révulsifs.

Les liens dirigeant les internautes vers le RCP et la pharmacovigilance de l’ANSM doivent être présents.

La mise en œuvre des structures non spécifiques

La vente de médicaments sur internet doit respecter le décret nº20004-575 du 21 juin 2004 qui prévoit l’obligation d’afficher sur sa page web certaines mentions dans la rubrique « mentions légales ».

Les pages « qui sommes-nous » et « mention légale » doivent être bien articulées.

Le propriétaire doit garantir qu’il a rempli correctement ses obligations déclaratives auprès de la Commission nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

Son rôle est d’assurer la distribution des produits et de garantir son efficacité.

Qui peut vendre les analgésiques sur internet ?

Un pharmacien établi en France et titulaire d’une officine, un gérant d’une pharmacie de secours minier ou mutualiste peuvent effectuer l’activité de commerce en ligne.

Le commerce n’est réalisable qu’à partir de la page web de l’officine. Son arrêt d’activités peut donc entraîner la fermeture totale de son site web.

Le propriétaire est tenu responsable du contenu de sa cyberpharmacie et il doit être inscrit à l’Ordre National des pharmaciens.

En cas de manquement aux lois de la commercialisation via internet, le DG de l’ARS peut prononcer la mise en demeure entrainant une fermeture temporaire qui peut durer jusqu’à 5 mois.

Tous sites qui n’ont pas de frontière doivent proposer des médications à ordonnance facultative. Ils doivent bénéficier d’une autorisation de commercialisation en France.

Quels sont les produits qui peuvent être vendus sur le Web ?

Dans certains départements et régions d’outre-mer, les remèdes qui peuvent être vendus sont ceux qui ne sont pas soumis à une prescription médicale, c’est-à-dire sans ordonnances.

Il est interdit par la loi de vendre sur Internet tous remèdes soumis à une prescription obligatoire, le Conseil d’État a rappelé cette loi dans l’arrêt du 17 juillet 2013.

Puisque c’est un commerce électronique, les vendeurs sont dans l’obligation de fournir les informations nécessaires pour les consommateurs. Ils doivent s’assurer à distance la dispensation au public et la vente au détail des révulsifs à usage humain et doivent fournir un mode d’emploi.

Comment reconnaître si le site est autorisé par l’ARS ou non ?

Un site internet français ayant une autorisation de commercialiser les médicaments doit au moins comporter les informations suivantes :

– Nom et prénom du responsable du site

– Raison sociale de l’officine

– Adresse de l’officine

– Adresse électronique et numéro de téléphone du responsable

– Coordonnées et dénomination sociale de l’hébergeur de la page internet

– Nom et adresse de l’ARS territorialement compétente

– Coordonnées de l’ANS.

Le site de commercialisation des révulsifs doit afficher le logo commun à tous les pays membres de l’Union européenne. Cette loi a été mise en œuvre depuis le 1er juillet 2015.

Obligation du vendeur

La loi stipule que tous les médicaments en vente sur internet sont obligés d’être présentés de manière claire objective et surtout non trompeuse.

Les éléments comme le nom commercial du révulsif, les indications thérapeutiques, la forme galénique, le prix et les nombres d’unités de prise doivent être affichés sur sa présentation.

L’enseigne doit proposer un prix plus qu’accessible à ses produits sur lesquels s’ajoutent les frais de livraison.

Il assure personnellement la délivrance de chaque médication, la préparation de toutes les commandes doit s’effectuer au sein de l’officine où l’e-pharmacie est attribuée.

Il doit vérifier que les conditions « standard » pouvant être proposées par les prestataires informatiques sont valables pour le produit. Il est aussi de son devoir de vérifier les formalités qu’il a accomplies auprès de la CNIL.

Les réflexes qu’il faut avoir avant l’achat

Choisir le bon site web

Les enseignes physiques sont les seuls autorisés à commercialiser les médicaments sur internet. Il est donc conseillé de passer à la vérification l’existence d’un vrai magasin ou non. Il suffit d’appeler l’officine ou de consulter les pages jaunes du site web.

Le site doit dépendre d’une officine.

Vérifier l’autorisation

Le spécialiste doit obtenir l’autorisation de l’Agence Régionale de Santé de sa région pour pouvoir commercialiser. Il s’engage à être responsable des produits qu’il propose et doit respecter des normes de déontologie s’appliquant à l’officine.

Vérifier le professionnalisme

Tout acheteur peut vérifier si le site propose un moyen de communication fiable, que ce soit par chat, par email ou par téléphone. C’est pour s’assurer qu’il est disponible au cas où le consommateur aurait besoin d’aide ou de conseil.

Un site professionnel dans la vente des analgésiques en ligne pose des questions avant chaque achat pour le débloquer.

S’assurer que le prix est intéressant

Le prix reste le principal intérêt de se procurer les produits sur internet. Il faut s’assurer que le frais de déplacement n’annule pas l’économie effectuée.

Se limiter à des révulsifs connus

Il est indispensable que le consommateur se limite à acheter les produits qu’il connait, qu’il a déjà pris. Ils peuvent se limiter par exemple au paracétamol pour lutter contre la fièvre et les douleurs, l’ibuprofène, le sirop à base de lactulose, etc.

Les signes qui prouvent que c’est de la contrebande

La vente en ligne de stimulants sexuels (le Cyalis ou le Viagra) est illégale, ils ne sont délivrés que sur ordonnance d’un médecin.

Le prix d’une plaquette de Viagra comprenant 4 comprimés est d’environ 50 euros dans une pharmacie physique, il faut donc savoir que les stimulants sexuels s’écoulant à bas prix sont des contrefaçons.

Attention ! Certains sites proposent de fausses ordonnances, ce qui est illégal en France.

Les fautes d’orthographe ou le français approximatif, le numéro de téléphone ou l’URL ne correspondant pas au nom de la page doivent alerter les consommateurs.

Les avantages d’acheter sur internet

La méthode de commercialisation sur internet gagne de plus en plus de terrain en France et dans la plupart des pays européens. Elle compte régulièrement plus d’inconditionnels, généralement des personnes impatientes ou pressées et des employés qui n’ont pas le temps pour le déplacement en ville ou ailleurs.

Le premier intérêt est un prix accessible. Il est généralement plus bas que dans une pharmacie physique du fait de l’absence des vendeurs ou des représentants à rémunérer.

Tout est informatisé, il ne suffit que de quelques employés pour envoyer les produits commandés.

Le consommateur est libre de choisir de remplir son panier sur le web et récupérer ses commandes dans un magasin physique ou de commander et de payer avant que la marchandise ne soit livrée à domicile.

La personne est assurée de la disponibilité des remèdes dont il a besoin. Il n’est plus donc question de se déplacer inutilement, une bonne connexion et un ordinateur ou un Smartphone peuvent faire l’affaire. La confidentialité du client reste anonyme.

La méthode assure un paiement entièrement sécurisé, facile d’accès et totalement simple. La cyberpharmarcie garantit l’origine des produits en vente.

La personne a accès à la notice et au mode d’emploi de chaque produit pour un service optimal. Un service-conseil est à sa disposition pour répondre en temps réel à toutes les questions essentielles avant de finaliser l’achat.

Les inconvénients de l’e-commercialisation

La sécurité et la qualité des médicaments achetés sur une page web non autorisée ne sont pas assurées. De faux produits ou faussement étiquetés, des remèdes contrefaits ou falsifiés peuvent être proposés par le site.

Des révulsifs contrefaits ou falsifiés se trouvent partout dans le monde selon l’OMS, de grands nombres d’entre eux peuvent être vendus par des sites non conformes à la loi.

Certaines contrefaçons ressemblent de près aux remèdes authentiques qu’elles peuvent tromper les professionnels de santé et les patients.

Les patients peuvent tomber sur des produits périmés et qui sont hautement toxiques pour l’organisme humain.

Des magasins illégaux visés par des plaintes

Des sites basés à l’étranger trompent les consommateurs en se faisant passer pour des pharmacies en ligne agréées par l’État français.

Les produits qu’ils commercialisent sont contrefaits et mettent les personnes en danger avec des stimulants sexuels s’avérant toxiques.

Les sites poursuivis par l’Ordre National des Pharmaciens sont généralement espagnols, belges et russes. L’identification des propriétaires est une tâche lourde, les entrepreneurs travaillent derrière l’écran.

La différence entre la pharmacie physique et en ligne

Les personnes ont toujours du mal à choisir entre les deux prestations, puisque toutes deux sont généralement différentes et ont chacune leurs propres atouts.

Le site permet de réaliser un achat en toute facilité, la personne n’a plus besoin de se déplacer, d’endurer les embouteillages et la queue à la caisse.

L’enseigne physique quant à elle propose un large choix de produits, elle est autorisée à vendre tous les révulsifs.

Sur les produits mis en vente

La différence entre ces 2 entités se remarque sur les produits mis en vente. La première ne peut pas proposer sur le site qu’un certain nombre d’articles.

La loi impose la distinction entre les articles autorisés en parapharmacie et le domaine pharmaceutique.

Les produits pharmaceutiques ne doivent en aucun cas être vendus en ligne. Tous les deux peuvent profiter d’une autorisation de vendre les produits diététiques, cosmétiques ou d’hygiène corporelle.

Sur le prix

La vente sur internet peut proposer des prix attractifs. De nombreuses personnes bénéficient de prix promotionnels grâce à l’absence de lourdes charges d’employés pour le commerçant. Toutefois, le frais de livraison peut annuler cet avantage si le consommateur habite loin.

L’accès à l’information des prix est compliqué dans un magasin physique. Certains produits sont privés d’étiquettes indiquant le prix et s’il y en a, ils ne sont pas toujours lisibles ou accessibles. Cela se remarque pour les produits qui se situent derrière le comptoir.

Que choisir entre les deux types de commercialisation

Une alternative existe pour tous ceux qui veulent acheter les médicaments vendus pharmacie en ligne et en magasin physique. Il suffit de se rendre sur le site agréé réunissant leurs prestations en un seul endroit.

C’est le cas de nombreuses e-pharmacie qui bénéficient de l’autorisation de la mise en vente des produits sur le web.

Certains proposent un rayon parapharmacie qui donne l’occasion de commander d’autres produits comme les crèmes solaires, les compléments alimentaires et autres.

Choisir d’acheter sur un site est plus avantageux, car il est possible d’obtenir les articles souhaités sans se déplacer.

Il est également envisageable de commander et de bénéficier d’un conseil venant d’un spécialiste avant de faire le choix.

Quoi qu’il en soit, le plus sûr est de s’informer sur le site, regarder les avis des internautes est aussi une bonne technique pour éviter la contrebande et les contrefaçons. Il est conseillé d’opter pour le site qui offre une prestation fiable et certaine en cas de désert pharmaceutique.

Source www.soin-et-nature.com

© http://chickasawcoia-geniesoc.org
CyberChimps